JERUSALEM

Musique : Alpha Blondy | Jerusalem

Quand on revient d’un voyage, on est généralement capable de décrire en quelques mots (positifs ou négatifs suivant le cas) le ressenti qu’on en a eu. On a aimé ou pas, il a fait beau ou il a plu à verse, on a rencontré des gens inspirants, accueillants, un peu bizarres… bref, quand on quitte un endroit, on fait la somme du contre et du pour et on se dit qu’on voudra (ou pas) y retourner un jour. Mais parfois, il arrive que cela soit un peu plus compliqué. Et c’est comme ça à Jérusalem : compliqué, tellement. C’est glisser dans un autre univers, tout en paradoxes, le beau se mêlant à la rancoeur, le sacré à la saleté… Tout y est tellement poussé à son extrême qu’il est bien difficile d’en sortir avec un avis modéré (et encore moins avisé). Jerusalem, on l’adore ou on la méprise et assez souvent, on fait les deux en même temps. C’est époustouflant de beauté et c’est bruyant, c’est vivifiant et fatiguant, on n’en peut plus mais on en veut encore. Parce que là-bas il y a de la magie à tous les coins de rue. Mais des mitraillettes aussi. Là-bas, on vibre dans la lumière mais on se courbe sous la tension. On embrasse le tout mais on n’y comprend rien et on a beau discuter avec tout le monde, on y perd quand même son latin. Pourtant, on sent bien qu’il serait un peu trop facile de s’en laver les mains : vous pensez peut-être que ce n’est qu’une affaire de juifs et de palestiniens ? Dans ce labyrinthe de pierre se cachent nos vieilles histoires, notre Histoire. Et à peine aperçoit-on la sortie qu’on veut déjà faire demi-tour… au risque de virer soit moine, soit fou.

Jerusalem-007Jerusalem-072Jerusalem-122Jerusalem-107Jerusalem-018

Jerusalem-009
Jérusalem
Jerusalem-058
Jérusalem

Jerusalem-010Jerusalem-033Jerusalem-017Jerusalem-013Jerusalem-038Jerusalem-037Jerusalem-060Jerusalem-059Jerusalem-036Jerusalem-050Jerusalem-051Jerusalem-090Jerusalem073-074

Jerusalem-079
Jérusalem

Jerusalem-076Jerusalem-077Jerusalem-083Jerusalem-078Jerusalem-085Jerusalem-087Jerusalem-086Jerusalem-035Jerusalem-066Jerusalem-021Jerusalem-022

Jerusalem-023
The wall – Jérusalem

Jerusalem-052Jerusalem-040Jerusalem-046Jerusalem-039Jerusalem034-029Jerusalem-047Jerusalem-061Jerusalem-063Jerusalem-064Jerusalem057-069Jerusalem-049Jerusalem-070Jerusalem-119Jerusalem-106Jerusalem-105Jerusalem116-115Jerusalem-092Jerusalem-121Jerusalem-091Jerusalem-112Jerusalem101-099Jerusalem-111Jerusalem-094Jerusalem-095Jerusalem-129

Jerusalem-114
Esplanade des mosquées – Jérusalem

Jerusalem-124Jerusalem-118Jerusalem-125Jerusalem-001Jerusalem-019

Jerusalem c’était : les copains (on vous aime bande de fêlés), l’univers parallèle des transports en commun (ou le mystère irrésolu des bus parfois verts, parfois rouges, parfois blancs), marcher et se perdre, des bagels presque aussi bon qu’à Montréal, du café parfumé à la cardamome, des bus bleus (mystère), des shekels, des aveugles qui marchent avec des bouquets de balais, la vieille femme aux mouchoirs, le marché juif de Mahané Yéhuda avec cette grande courge de Méroue qui a su, en une seule phrase, me faire passer de l’euphorie à la crise de claustrophobie, des visages et des figures, « Could I take a picture of you holding this paper pleeeeeease ? » ou partir à la recherche d’un rabbin complice, l’alarme à incendie, le p’tit boui-boui du coin qui valait 40 millions de dollars, Damascus gate, the Snowy & Jack show, le mur des lamentations et l’autre un peu plus loin, des oliviers millénaires, de la lumière en janvier, un birthday sacré, les gardiens du Saint-Sépulcre et cette irrépressible envie d’en attraper un pour taper sur l’autre, le Mont du Temple et le silence, La vue tout en haut de l’Austrian Hospice, retrouver le plaisir de la photo de rue, du Black & White quand rien n’est tout noir ou tout blanc, des hommes en robe (ou en treillis), les meilleurs baklavas de l’univers tout entier, des pièces du puzzle qui prennent leur place, un son et lumière d’une finesse historique douteuse, le zoo biblique, la girafe en plastique de Jacob, des Arméniens et des Grecs, des ultra-orthodoxes et des barbichettes, des juifs palestiniens, des arabes chrétiens et des chrétiens pas très catho… Le bordel, oui madame, mais du beau bordel.

Ah oui, aussi… à Jerusalem, on prend pas de photos quand c’est Shabbat. C’est comme ça.

2 Comments

·

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s